21 iun. 2012

La capitale de la porcelaine en France est ....

Quelle est la capitale de la porcelaine en France ?

 "La porcelaine de Limoges est née, entre 1765 et 1770, de la découverte de kaolin à proximité de Limoges, matériau indispensable à la production de cette céramique dure et translucide.
L’indication d’origine « Limoges » ne bénéficie pas de la reconnaissance et de la protection d’une appellation d’origine. Cependant, depuis une décision du tribunal de commerce de Limoges, en 1962, la dénomination « Limoges » est réservée à la porcelaine fabriquée et décorée à Limoges.
François Xavier d'Entrecolles, père jésuite résidant à Jingdezhen, en Chine, étudia et révéla en 1712 la composition et les secrets de fabrication de la porcelaine chinoise. Il est à l'origine de la production de la porcelaine véritable en France et en Europe et en particulier à Limoges .
Il détailla la technique de fabrication de la porcelaine chinoise dans deux lettres restées célèbres, en date du 1er septembre 1712 et du 25 janvier 17222. Tout au long du XVIIIe siècle arriveront en France nombre d’albums illustrés reproduisant les différents stades de la fabrication3, ainsi que des échantillons de kaolin, qui se révéleront fondamentaux pour la production de la porcelaine véritable.
Si l'on met à jour une substance très proche des kaolins en Saxe dès 1705, le gisement de Saint-Yrieix-la-Perche, proche de Limoges, n'est découvert qu'en 1767 par, semble-t-il, le chirurgien Jean-Baptiste Darnet, qui signale à un apothicaire l’existence de terre blanche utilisée par sa femme pour faire sa lessive. C'est grâce à ce gisement que Limoges doit d'être la capitale de la porcelaine en France.
En 1769, Louis XV achète le gisement, faisant de la production de porcelaine un privilège royal. C'est seulement à partir de cette date qu'on a le droit de fabriquer de la porcelaine en France. La fondation de la première manufacture de porcelaine limousine, celle des frères Grellet et Massié-Fournérat, date de 1771. En 1774, la manufacture de Limoges passe sous la protection du comte d'Artois4. Cette manufacture restera de 1784, date d'obtention officielle du titre de manufacture royale, à 1794, une annexe de Sèvres.
L'époque des grandes manufactures
Mise à mal durant la période révolutionnaire, l'industrie porcelainière reprend son expansion avec François Alluaud aîné, l'un des industriels précurseurs du développement de l'industrie porcelainière limousine dans la première moitié du xixe siècle. À la tête de sa manufacture en 1800, il innove et améliore les procédés de fabrication. La manufacture Alluaud contrôle en outre toute la production de kaolin, les gisements étant tous situés sur ses propriétés5. En 1807, on dénombre à Limoges 5 fabriques, fonctionnant grâce à 7 fours, employant environ 200 ouvriers, et dont la production représente une valeur de 230 000 francs4.
Les kaolins du Limousin sont réputés pour leur blancheur. Broyés dans des moulins situés sur la Vienne, ils alimentent, outre l'industrie locale, les manufactures de porcelaine d'Alcora, Amsterdam, Copenhague, Dresde, Frankenthal, Höchst, Londres, Mayence, Nyon, Zurich et Saint-Pétersbourg.

Vase à décor impressionniste par Théodore Haviland, vers 1890

Manufacture Haviland and Company, 1872-1882, Musée d'Orsay
En 1827, la ville compte seize manufactures. Les années de la Restauration sont également marquées par la fondation de fabriques dans la campagne limousine (Coussac-Bonneval, Magnac-Bourg, Solignac, Saint-Brice, Saint-Léonard, Bourganeuf, etc.)4
À cette époque, l'industrie porcelainière nourrit une grande partie de la population limougeaude. Le flottage du bois destiné à cette industrie exige de la main d'œuvre pour retirer le bois de la rivière, l'empiler et le livrer aux fabriques pour l'alimentation des fours à porcelaine. Le cycle de fabrication des porcelaines fait appel à de nombreuses professions différentes. À partir de 1836 et la suppression des droits d'octroi sur le bois à l'entrée de Limoges qui jusqu'alors expliquaient la multiplication des usines à la campagne, les fabriques gagnent davantage la ville. Durant la décennie 1830, 8 nouvelles se créent à Limoges4. À partir du milieu du siècle, à la suite de l'impulsion donnée par l'Américain Haviland, on en compte plus de trente.
C'est ce dernier qui séduit à Paris par la qualité et la finesse de la production limousine, va encourager le secteur de la décoration sur porcelaine sur le site limougeaud, en accord avec les goûts de la clientèle américaine. L'année 1853 est marquée par la création de sa fabrique regroupant ateliers de fabrication et ateliers de décoration, employant 400 ouvriers4. En 1848, on compte 19 fabriques et 17 ateliers de décor à Limoges. Le chiffre d'affaires global atteint les 4 millions de francs."

"Limoges porcelain designates hard-paste porcelain produced by factories near the city of Limoges, France beginning in the late 18th century, but does not refer to a particular manufacturer.
Limoges had strong antecedents in the production of decorative objects. The city was the most famous European centre of vitreous enamel production in the 12th century, and Limoges enamel was known as Opus de Limogia or Labor Limogiae.
Limoges had also been the site of a minor industry producing plain faience earthenwares since the 1730s.
The manufacturing of hard-paste porcelain at Limoges was established by Turgot in 1771 following the discovery of local supplies of kaolin and a material similar to petuntse in the economically distressed area at Saint-Yrieix-la-Perche, near Limoges. The materials, which were quarried beginning in 1768, were used to produce hard-paste porcelain similar to Chinese porcelain.
The manufactory at Limoges was placed under the patronage of the comte d'Artois, brother of Louis XVI, and was later purchased by the King in 1784, apparently with the idea of producing hard-paste bodies for decoration at Sèvres, although this never happened.
After the French Revolution a number of private factories were established at Limoges, including Bernardaud and Haviland & Co."

"Porcellana di Limoges indica hard-pasta di porcellana prodotto dalle fabbriche vicino alla città di Limoges, in Francia inizio nel tardo 18 ° secolo, ma non fa riferimento ad un determinato produttore.
Limoges aveva avuto antenati forti nella produzione di oggetti decorativi. La città era il centro più famoso della produzione europea smalto porcellanato nel 12 ° secolo, e lo smalto Limoges era nota come Opus de Limogia Limogiae o di lavoro.
Limoges era stato anche sede di una piccola industria produce terrecotte faience pianura fin dal 1730.
La produzione di hard-pasta di porcellana a Limoges è stato istituito con Turgot nel 1771 in seguito alla scoperta delle forniture locali di caolino e di un materiale simile alla petuntse nella zona economicamente povero a Saint-Yrieix-la-Perche, nei pressi di Limoges. I materiali, che sono stati estratti inizio nel 1768, sono stati utilizzati per la produzione di hard-pasta di porcellana simile alla porcellana cinese.
La manifattura di Limoges venne posta sotto il patrocinio del conte d'Artois, fratello di Luigi XVI, e fu in seguito acquistato dal re nel 1784, apparentemente con l'idea di produrre hard-organismi pasta per la decorazione a Sèvres, anche se questo non è mai successo .
Dopo la Rivoluzione francese, un certo numero di fabbriche private sono stati fissati a Limoges, tra cui Bernardaud e Haviland & Co. "


source: wikipedia pour reponse quizz prizee

Niciun comentariu: